Théâtre
Eyolf [Quelque chose en moi me ronge]

La pièce se passe en Norvège. Sur une île. C’est l’été. Ce pourrait être un film de Chabrol. Mais ce n’est un drame bourgeois qu’en apparence. Aux allures de film noir. De conte. C’est une tragédie. Qui se passe aujourd’hui. La pièce se développe comme une enquête, où tous les personnages portent chacun une part d’histoire et de connaissance que les autres n’ont pas. C’est une pièce sur le secret et la dualité. C’est aussi une pièce sur la mort, sur la conscience de la mort, et l’épreuve qu’elle représente.

« Je voudrais travailler sur quelque chose de spectral. Aussi bien du point de vue de la lumière, que de la scénographie, des images ou du son. Travailler la pièce comme une photo à développer : bain d’exposition, révélateur, bain de fixation, ou de séchage. J’envisage quelque chose de très simple : l’image scénique mise au service de l’acte d’imaginement (ancien synonyme d’image, lié au verbe « imaginer » qui signifiait « écouter »). J’imagine une boîte noire, celle du théâtre, véritable boîte à image, où nous créerons un monde d’apparence, travaillerons sur des troubles de la perception visuelle, et interrogerons notre perception du réel. Nous travaillerons sur le seuil. Seuil de l’ouïe, seuil de la vue, seuil de la conscience. Nous travaillerons sur l’entre-deux, l’effondrement des frontières, et la révélation. Je considèrerais le plateau comme la surface du monde visible ; ce qui n’y est plus visible n’existe plus. Est invisible, et pourtant existe quelque part, hante les vivants. La question est donc de savoir comment on raconte que ceux qui ne sont plus présents sur la surface de la terre, dans le monde visible, restent présents. Je crois intimement que c’est ça qu’il faut chercher. On ne raconte pas l’histoire d’une famille, mais l’histoire de la vie qui se perpétue, qui se poursuit, de la perpétuation de la vie, et qui passe évidemment par la mort. Ou alors l’histoire de la mort, qui passe inéluctablement par la vie. » Hélène Soulié


Auteur : Henrik Ibsen, traduit par Terje Sinding

Metteur en scène : Hlène Soulié

Assistant à la mise en scène : Renaud Diligent

Interprètes : Elsa Agnès, Claire Engel, Dominique Frot, Régis Lux, Emmanuel Matt, et en alternance avec Arthur Rouesnel et Diego Guerra

Lumières : Maurice Fouilhé

Vidéo : Maia Fastinger


Notice: Undefined index: Accessoires in /home/reseauenscene/www/fiche-impression.php on line 441

Notice: Undefined index: Maquillage in /home/reseauenscene/www/fiche-impression.php on line 442

Scénographie : Emmanuelle Debeuscher

Costumes : Catherine Sardi

Son : Adrien Cordier

Collectif Exit

04 67 64 74 89

administration@exit-compagnie.com

www.collectif-exit.com

Prochaines représentations

12 février au 3 mars 2013

Théâtre de l’Aquarium — La Cartoucherie
Paris (Île-de-France)
01 43 74 99 61

3 et 4 avril 2013

Théâtre de Nîmes
Nîmes (Gard)
04 66 36 65 00

11 avril 2013

L’Entracte, Scène conventionnée de Sablé-sur-Sarthe
Sablé-sur-Sarthe (Sarthe )
02 43 62 22 22

Production : Collectif Exit, Théâtre de l’Archipel - Perpignan

Coproduction : Théâtre de Nîmes, Théâtre scène nationale de Sète et du Bassin de Thau

Soutien : Drac Languedoc-Roussillon, Région Languedoc-Roussillon, École Supérieure d’Art Dramatique de Montpellier Agglomération, Spédidam

Ce spectacle reçoit le soutien de Réseau en scène Languedoc-Roussillon
dans le cadre de son accompagnement au collectif En Jeux.

Réseau en scène Languedoc-Roussillon reçoit le soutien de la Région Languedoc-Roussillon, du Ministère de la Culture et de la Communication - DRAC Languedoc-Roussillon, des Conseils Généraux de l'Aude, du Gard, de la Lozère et des Pyrénées-Orientales, de la Communauté d'Agglomération de Montpellier et de l'Union Européenne.